Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord

 » Quand je me regarde, je me désole. Quand je me compare, je me console. «